Archives

Recommandé

L’expérience utilisateur est, depuis toujours, au cœur des changements d’algorithme effectués par Google pour l’indexation de sites Web. C’est pourquoi l’annonce faite par le géant, à la fin de l’été, concernant les sanctions sur l’utilisation de pop-ups et d’interstitiels intrusifs sur les sites mobiles n’a pas été une grande surprise.

 

Mais premièrement, qu’est-ce qu’un interstitiel?

La différence est subtile entre un pop-up et un interstitiel. Les pop-ups auxquels nous sommes généralement habitués sont des fenêtres qui recouvrent le contenu du site, en totalité ou en partie, jusqu’à ce que le visiteur la ferme. Les interstitiels sont des pages qui apparaissent entre deux autres pages lors de la navigation sur le Web.

 

Que dit Google au sujet des interstitiels et des pop-ups?

Dès le 10 janvier 2017 (mise à jour décembre 2018),  les pages mobiles contenant des éléments intrusifs pourraient ne plus être aussi bien indexées qu’avant puisque Google considère désormais qu’elles fournissent une mauvaise expérience utilisateur en limitant l’accès au contenu de la page.

 

Qu’est-ce que Google entend par « intrusif »?

Peut-être croyez-vous que tous les pop-ups et interstitiels sont intrusifs, mais Google ne partage pas cette opinion et laisse certains types hors de portée des sanctions infligées par son nouvel algorithme d’indexation. Sont notamment non sanctionnés :

  1. Les interstitiels qui répondent à une obligation légale, comme pour l’utilisation de cookies ou la vérification d’âge.
  2. Les interfaces de connexion sur des sites dont le contenu n’est pas indexable publiquement.
  3. Les bannières qui utilisent un espace raisonnable de l’écran et qui peuvent être fermées facilement.

Exemples de pop-ups et interstitiels non sanctionnés

Source : Google

 

L’indexation « Mobile-First » fait son entrée

En plus de l’annonce de cette nouvelle mesure concernant les interstitiels et pop-ups, Google a récemment annoncé que les indexations seraient maintenant faites « Mobile-first ». Puisque la majorité des recherches se font maintenant via un appareil mobile, ce seront les pages des sites mobiles qui seront analysées pour l’indexation plutôt que les pages consultées sur ordinateur.

 

Quels sont les impacts pour les marketeurs?

Les marketeurs doivent donc maintenant optimiser les pages de leur site pour le référencement mobile en premier lieu. Et si ce n’était pas déjà clair pour vous, il va sans dire que vous devez vous débarrasser des éléments intrusifs sur votre site mobile… sauf si votre classement sur Google ne vous importe pas, ce qui serait vraiment étonnant. Cette nouvelle mesure forcera les entreprises qui se fient à un revenu publicitaire par pop-ups à trouver une autre façon de faire de l’argent sans nuire à l’expérience utilisateur.

Le remplacement des pop-ups intrusifs par du contenu de meilleure qualité est une bonne avenue à emprunter. Ce contenu, en plus d’être récompensé au niveau du référencement, attirera les prospects et générera, à terme, des revenus de vente grâce à l’utilisation d’appels à l’action (CTA) et de formulaires intégrés. Pour plus d’informations, consultez les annonces officielles de Google (en anglais seulement).

L’expérience utilisateur est, depuis toujours, au cœur des changements d’algorithme effectués par Google pour l’indexation de sites Web. C’est pourquoi l’annonce faite par le géant, à la fin de l’été, concernant les sanctions sur l’utilisation de pop-ups et d’interstitiels intrusifs sur les sites mobiles n’a pas été une grande surprise.

 

Mais premièrement, qu’est-ce qu’un interstitiel?

La différence est subtile entre un pop-up et un interstitiel. Les pop-ups auxquels nous sommes généralement habitués sont des fenêtres qui recouvrent le contenu du site, en totalité ou en partie, jusqu’à ce que le visiteur la ferme. Les interstitiels sont des pages qui apparaissent entre deux autres pages lors de la navigation sur le Web.

 

Que dit Google au sujet des interstitiels et des pop-ups?

Dès le 10 janvier 2017 (mise à jour décembre 2018),  les pages mobiles contenant des éléments intrusifs pourraient ne plus être aussi bien indexées qu’avant puisque Google considère désormais qu’elles fournissent une mauvaise expérience utilisateur en limitant l’accès au contenu de la page.

 

Qu’est-ce que Google entend par « intrusif »?

Peut-être croyez-vous que tous les pop-ups et interstitiels sont intrusifs, mais Google ne partage pas cette opinion et laisse certains types hors de portée des sanctions infligées par son nouvel algorithme d’indexation. Sont notamment non sanctionnés :

  1. Les interstitiels qui répondent à une obligation légale, comme pour l’utilisation de cookies ou la vérification d’âge.
  2. Les interfaces de connexion sur des sites dont le contenu n’est pas indexable publiquement.
  3. Les bannières qui utilisent un espace raisonnable de l’écran et qui peuvent être fermées facilement.

Exemples de pop-ups et interstitiels non sanctionnés

Source : Google

 

L’indexation « Mobile-First » fait son entrée

En plus de l’annonce de cette nouvelle mesure concernant les interstitiels et pop-ups, Google a récemment annoncé que les indexations seraient maintenant faites « Mobile-first ». Puisque la majorité des recherches se font maintenant via un appareil mobile, ce seront les pages des sites mobiles qui seront analysées pour l’indexation plutôt que les pages consultées sur ordinateur.

 

Quels sont les impacts pour les marketeurs?

Les marketeurs doivent donc maintenant optimiser les pages de leur site pour le référencement mobile en premier lieu. Et si ce n’était pas déjà clair pour vous, il va sans dire que vous devez vous débarrasser des éléments intrusifs sur votre site mobile… sauf si votre classement sur Google ne vous importe pas, ce qui serait vraiment étonnant. Cette nouvelle mesure forcera les entreprises qui se fient à un revenu publicitaire par pop-ups à trouver une autre façon de faire de l’argent sans nuire à l’expérience utilisateur.

Le remplacement des pop-ups intrusifs par du contenu de meilleure qualité est une bonne avenue à emprunter. Ce contenu, en plus d’être récompensé au niveau du référencement, attirera les prospects et générera, à terme, des revenus de vente grâce à l’utilisation d’appels à l’action (CTA) et de formulaires intégrés. Pour plus d’informations, consultez les annonces officielles de Google (en anglais seulement).

L’expérience utilisateur est, depuis toujours, au cœur des changements d’algorithme effectués par Google pour l’indexation de sites Web. C’est pourquoi l’annonce faite par le géant, à la fin de l’été, concernant les sanctions sur l’utilisation de pop-ups et d’interstitiels intrusifs sur les sites mobiles n’a pas été une grande surprise.

 

Mais premièrement, qu’est-ce qu’un interstitiel?

La différence est subtile entre un pop-up et un interstitiel. Les pop-ups auxquels nous sommes généralement habitués sont des fenêtres qui recouvrent le contenu du site, en totalité ou en partie, jusqu’à ce que le visiteur la ferme. Les interstitiels sont des pages qui apparaissent entre deux autres pages lors de la navigation sur le Web.

 

Que dit Google au sujet des interstitiels et des pop-ups?

Dès le 10 janvier 2017 (mise à jour décembre 2018),  les pages mobiles contenant des éléments intrusifs pourraient ne plus être aussi bien indexées qu’avant puisque Google considère désormais qu’elles fournissent une mauvaise expérience utilisateur en limitant l’accès au contenu de la page.

 

Qu’est-ce que Google entend par « intrusif »?

Peut-être croyez-vous que tous les pop-ups et interstitiels sont intrusifs, mais Google ne partage pas cette opinion et laisse certains types hors de portée des sanctions infligées par son nouvel algorithme d’indexation. Sont notamment non sanctionnés :

  1. Les interstitiels qui répondent à une obligation légale, comme pour l’utilisation de cookies ou la vérification d’âge.
  2. Les interfaces de connexion sur des sites dont le contenu n’est pas indexable publiquement.
  3. Les bannières qui utilisent un espace raisonnable de l’écran et qui peuvent être fermées facilement.

Exemples de pop-ups et interstitiels non sanctionnés

Source : Google

 

L’indexation « Mobile-First » fait son entrée

En plus de l’annonce de cette nouvelle mesure concernant les interstitiels et pop-ups, Google a récemment annoncé que les indexations seraient maintenant faites « Mobile-first ». Puisque la majorité des recherches se font maintenant via un appareil mobile, ce seront les pages des sites mobiles qui seront analysées pour l’indexation plutôt que les pages consultées sur ordinateur.

 

Quels sont les impacts pour les marketeurs?

Les marketeurs doivent donc maintenant optimiser les pages de leur site pour le référencement mobile en premier lieu. Et si ce n’était pas déjà clair pour vous, il va sans dire que vous devez vous débarrasser des éléments intrusifs sur votre site mobile… sauf si votre classement sur Google ne vous importe pas, ce qui serait vraiment étonnant. Cette nouvelle mesure forcera les entreprises qui se fient à un revenu publicitaire par pop-ups à trouver une autre façon de faire de l’argent sans nuire à l’expérience utilisateur.

Le remplacement des pop-ups intrusifs par du contenu de meilleure qualité est une bonne avenue à emprunter. Ce contenu, en plus d’être récompensé au niveau du référencement, attirera les prospects et générera, à terme, des revenus de vente grâce à l’utilisation d’appels à l’action (CTA) et de formulaires intégrés. Pour plus d’informations, consultez les annonces officielles de Google (en anglais seulement).

L’expérience utilisateur est, depuis toujours, au cœur des changements d’algorithme effectués par Google pour l’indexation de sites Web. C’est pourquoi l’annonce faite par le géant, à la fin de l’été, concernant les sanctions sur l’utilisation de pop-ups et d’interstitiels intrusifs sur les sites mobiles n’a pas été une grande surprise.

 

Mais premièrement, qu’est-ce qu’un interstitiel?

La différence est subtile entre un pop-up et un interstitiel. Les pop-ups auxquels nous sommes généralement habitués sont des fenêtres qui recouvrent le contenu du site, en totalité ou en partie, jusqu’à ce que le visiteur la ferme. Les interstitiels sont des pages qui apparaissent entre deux autres pages lors de la navigation sur le Web.

 

Que dit Google au sujet des interstitiels et des pop-ups?

Dès le 10 janvier 2017 (mise à jour décembre 2018),  les pages mobiles contenant des éléments intrusifs pourraient ne plus être aussi bien indexées qu’avant puisque Google considère désormais qu’elles fournissent une mauvaise expérience utilisateur en limitant l’accès au contenu de la page.

 

Qu’est-ce que Google entend par « intrusif »?

Peut-être croyez-vous que tous les pop-ups et interstitiels sont intrusifs, mais Google ne partage pas cette opinion et laisse certains types hors de portée des sanctions infligées par son nouvel algorithme d’indexation. Sont notamment non sanctionnés :

  1. Les interstitiels qui répondent à une obligation légale, comme pour l’utilisation de cookies ou la vérification d’âge.
  2. Les interfaces de connexion sur des sites dont le contenu n’est pas indexable publiquement.
  3. Les bannières qui utilisent un espace raisonnable de l’écran et qui peuvent être fermées facilement.

Exemples de pop-ups et interstitiels non sanctionnés

Source : Google

 

L’indexation « Mobile-First » fait son entrée

En plus de l’annonce de cette nouvelle mesure concernant les interstitiels et pop-ups, Google a récemment annoncé que les indexations seraient maintenant faites « Mobile-first ». Puisque la majorité des recherches se font maintenant via un appareil mobile, ce seront les pages des sites mobiles qui seront analysées pour l’indexation plutôt que les pages consultées sur ordinateur.

 

Quels sont les impacts pour les marketeurs?

Les marketeurs doivent donc maintenant optimiser les pages de leur site pour le référencement mobile en premier lieu. Et si ce n’était pas déjà clair pour vous, il va sans dire que vous devez vous débarrasser des éléments intrusifs sur votre site mobile… sauf si votre classement sur Google ne vous importe pas, ce qui serait vraiment étonnant. Cette nouvelle mesure forcera les entreprises qui se fient à un revenu publicitaire par pop-ups à trouver une autre façon de faire de l’argent sans nuire à l’expérience utilisateur.

Le remplacement des pop-ups intrusifs par du contenu de meilleure qualité est une bonne avenue à emprunter. Ce contenu, en plus d’être récompensé au niveau du référencement, attirera les prospects et générera, à terme, des revenus de vente grâce à l’utilisation d’appels à l’action (CTA) et de formulaires intégrés. Pour plus d’informations, consultez les annonces officielles de Google (en anglais seulement).

L’expérience utilisateur est, depuis toujours, au cœur des changements d’algorithme effectués par Google pour l’indexation de sites Web. C’est pourquoi l’annonce faite par le géant, à la fin de l’été, concernant les sanctions sur l’utilisation de pop-ups et d’interstitiels intrusifs sur les sites mobiles n’a pas été une grande surprise.

 

Mais premièrement, qu’est-ce qu’un interstitiel?

La différence est subtile entre un pop-up et un interstitiel. Les pop-ups auxquels nous sommes généralement habitués sont des fenêtres qui recouvrent le contenu du site, en totalité ou en partie, jusqu’à ce que le visiteur la ferme. Les interstitiels sont des pages qui apparaissent entre deux autres pages lors de la navigation sur le Web.

 

Que dit Google au sujet des interstitiels et des pop-ups?

Dès le 10 janvier 2017 (mise à jour décembre 2018),  les pages mobiles contenant des éléments intrusifs pourraient ne plus être aussi bien indexées qu’avant puisque Google considère désormais qu’elles fournissent une mauvaise expérience utilisateur en limitant l’accès au contenu de la page.

 

Qu’est-ce que Google entend par « intrusif »?

Peut-être croyez-vous que tous les pop-ups et interstitiels sont intrusifs, mais Google ne partage pas cette opinion et laisse certains types hors de portée des sanctions infligées par son nouvel algorithme d’indexation. Sont notamment non sanctionnés :

  1. Les interstitiels qui répondent à une obligation légale, comme pour l’utilisation de cookies ou la vérification d’âge.
  2. Les interfaces de connexion sur des sites dont le contenu n’est pas indexable publiquement.
  3. Les bannières qui utilisent un espace raisonnable de l’écran et qui peuvent être fermées facilement.

Exemples de pop-ups et interstitiels non sanctionnés

Source : Google

 

L’indexation « Mobile-First » fait son entrée

En plus de l’annonce de cette nouvelle mesure concernant les interstitiels et pop-ups, Google a récemment annoncé que les indexations seraient maintenant faites « Mobile-first ». Puisque la majorité des recherches se font maintenant via un appareil mobile, ce seront les pages des sites mobiles qui seront analysées pour l’indexation plutôt que les pages consultées sur ordinateur.

 

Quels sont les impacts pour les marketeurs?

Les marketeurs doivent donc maintenant optimiser les pages de leur site pour le référencement mobile en premier lieu. Et si ce n’était pas déjà clair pour vous, il va sans dire que vous devez vous débarrasser des éléments intrusifs sur votre site mobile… sauf si votre classement sur Google ne vous importe pas, ce qui serait vraiment étonnant. Cette nouvelle mesure forcera les entreprises qui se fient à un revenu publicitaire par pop-ups à trouver une autre façon de faire de l’argent sans nuire à l’expérience utilisateur.

Le remplacement des pop-ups intrusifs par du contenu de meilleure qualité est une bonne avenue à emprunter. Ce contenu, en plus d’être récompensé au niveau du référencement, attirera les prospects et générera, à terme, des revenus de vente grâce à l’utilisation d’appels à l’action (CTA) et de formulaires intégrés. Pour plus d’informations, consultez les annonces officielles de Google (en anglais seulement).

L’expérience utilisateur est, depuis toujours, au cœur des changements d’algorithme effectués par Google pour l’indexation de sites Web. C’est pourquoi l’annonce faite par le géant, à la fin de l’été, concernant les sanctions sur l’utilisation de pop-ups et d’interstitiels intrusifs sur les sites mobiles n’a pas été une grande surprise.

 

Mais premièrement, qu’est-ce qu’un interstitiel?

La différence est subtile entre un pop-up et un interstitiel. Les pop-ups auxquels nous sommes généralement habitués sont des fenêtres qui recouvrent le contenu du site, en totalité ou en partie, jusqu’à ce que le visiteur la ferme. Les interstitiels sont des pages qui apparaissent entre deux autres pages lors de la navigation sur le Web.

 

Que dit Google au sujet des interstitiels et des pop-ups?

Dès le 10 janvier 2017 (mise à jour décembre 2018),  les pages mobiles contenant des éléments intrusifs pourraient ne plus être aussi bien indexées qu’avant puisque Google considère désormais qu’elles fournissent une mauvaise expérience utilisateur en limitant l’accès au contenu de la page.

 

Qu’est-ce que Google entend par « intrusif »?

Peut-être croyez-vous que tous les pop-ups et interstitiels sont intrusifs, mais Google ne partage pas cette opinion et laisse certains types hors de portée des sanctions infligées par son nouvel algorithme d’indexation. Sont notamment non sanctionnés :

  1. Les interstitiels qui répondent à une obligation légale, comme pour l’utilisation de cookies ou la vérification d’âge.
  2. Les interfaces de connexion sur des sites dont le contenu n’est pas indexable publiquement.
  3. Les bannières qui utilisent un espace raisonnable de l’écran et qui peuvent être fermées facilement.

Exemples de pop-ups et interstitiels non sanctionnés

Source : Google

 

L’indexation « Mobile-First » fait son entrée

En plus de l’annonce de cette nouvelle mesure concernant les interstitiels et pop-ups, Google a récemment annoncé que les indexations seraient maintenant faites « Mobile-first ». Puisque la majorité des recherches se font maintenant via un appareil mobile, ce seront les pages des sites mobiles qui seront analysées pour l’indexation plutôt que les pages consultées sur ordinateur.

 

Quels sont les impacts pour les marketeurs?

Les marketeurs doivent donc maintenant optimiser les pages de leur site pour le référencement mobile en premier lieu. Et si ce n’était pas déjà clair pour vous, il va sans dire que vous devez vous débarrasser des éléments intrusifs sur votre site mobile… sauf si votre classement sur Google ne vous importe pas, ce qui serait vraiment étonnant. Cette nouvelle mesure forcera les entreprises qui se fient à un revenu publicitaire par pop-ups à trouver une autre façon de faire de l’argent sans nuire à l’expérience utilisateur.

Le remplacement des pop-ups intrusifs par du contenu de meilleure qualité est une bonne avenue à emprunter. Ce contenu, en plus d’être récompensé au niveau du référencement, attirera les prospects et générera, à terme, des revenus de vente grâce à l’utilisation d’appels à l’action (CTA) et de formulaires intégrés. Pour plus d’informations, consultez les annonces officielles de Google (en anglais seulement).

L’expérience utilisateur est, depuis toujours, au cœur des changements d’algorithme effectués par Google pour l’indexation de sites Web. C’est pourquoi l’annonce faite par le géant, à la fin de l’été, concernant les sanctions sur l’utilisation de pop-ups et d’interstitiels intrusifs sur les sites mobiles n’a pas été une grande surprise.

 

Mais premièrement, qu’est-ce qu’un interstitiel?

La différence est subtile entre un pop-up et un interstitiel. Les pop-ups auxquels nous sommes généralement habitués sont des fenêtres qui recouvrent le contenu du site, en totalité ou en partie, jusqu’à ce que le visiteur la ferme. Les interstitiels sont des pages qui apparaissent entre deux autres pages lors de la navigation sur le Web.

 

Que dit Google au sujet des interstitiels et des pop-ups?

Dès le 10 janvier 2017 (mise à jour décembre 2018),  les pages mobiles contenant des éléments intrusifs pourraient ne plus être aussi bien indexées qu’avant puisque Google considère désormais qu’elles fournissent une mauvaise expérience utilisateur en limitant l’accès au contenu de la page.

 

Qu’est-ce que Google entend par « intrusif »?

Peut-être croyez-vous que tous les pop-ups et interstitiels sont intrusifs, mais Google ne partage pas cette opinion et laisse certains types hors de portée des sanctions infligées par son nouvel algorithme d’indexation. Sont notamment non sanctionnés :

  1. Les interstitiels qui répondent à une obligation légale, comme pour l’utilisation de cookies ou la vérification d’âge.
  2. Les interfaces de connexion sur des sites dont le contenu n’est pas indexable publiquement.
  3. Les bannières qui utilisent un espace raisonnable de l’écran et qui peuvent être fermées facilement.

Exemples de pop-ups et interstitiels non sanctionnés

Source : Google

 

L’indexation « Mobile-First » fait son entrée

En plus de l’annonce de cette nouvelle mesure concernant les interstitiels et pop-ups, Google a récemment annoncé que les indexations seraient maintenant faites « Mobile-first ». Puisque la majorité des recherches se font maintenant via un appareil mobile, ce seront les pages des sites mobiles qui seront analysées pour l’indexation plutôt que les pages consultées sur ordinateur.

 

Quels sont les impacts pour les marketeurs?

Les marketeurs doivent donc maintenant optimiser les pages de leur site pour le référencement mobile en premier lieu. Et si ce n’était pas déjà clair pour vous, il va sans dire que vous devez vous débarrasser des éléments intrusifs sur votre site mobile… sauf si votre classement sur Google ne vous importe pas, ce qui serait vraiment étonnant. Cette nouvelle mesure forcera les entreprises qui se fient à un revenu publicitaire par pop-ups à trouver une autre façon de faire de l’argent sans nuire à l’expérience utilisateur.

Le remplacement des pop-ups intrusifs par du contenu de meilleure qualité est une bonne avenue à emprunter. Ce contenu, en plus d’être récompensé au niveau du référencement, attirera les prospects et générera, à terme, des revenus de vente grâce à l’utilisation d’appels à l’action (CTA) et de formulaires intégrés. Pour plus d’informations, consultez les annonces officielles de Google (en anglais seulement).

L’expérience utilisateur est, depuis toujours, au cœur des changements d’algorithme effectués par Google pour l’indexation de sites Web. C’est pourquoi l’annonce faite par le géant, à la fin de l’été, concernant les sanctions sur l’utilisation de pop-ups et d’interstitiels intrusifs sur les sites mobiles n’a pas été une grande surprise.

 

Mais premièrement, qu’est-ce qu’un interstitiel?

La différence est subtile entre un pop-up et un interstitiel. Les pop-ups auxquels nous sommes généralement habitués sont des fenêtres qui recouvrent le contenu du site, en totalité ou en partie, jusqu’à ce que le visiteur la ferme. Les interstitiels sont des pages qui apparaissent entre deux autres pages lors de la navigation sur le Web.

 

Que dit Google au sujet des interstitiels et des pop-ups?

Dès le 10 janvier 2017 (mise à jour décembre 2018),  les pages mobiles contenant des éléments intrusifs pourraient ne plus être aussi bien indexées qu’avant puisque Google considère désormais qu’elles fournissent une mauvaise expérience utilisateur en limitant l’accès au contenu de la page.

 

Qu’est-ce que Google entend par « intrusif »?

Peut-être croyez-vous que tous les pop-ups et interstitiels sont intrusifs, mais Google ne partage pas cette opinion et laisse certains types hors de portée des sanctions infligées par son nouvel algorithme d’indexation. Sont notamment non sanctionnés :

  1. Les interstitiels qui répondent à une obligation légale, comme pour l’utilisation de cookies ou la vérification d’âge.
  2. Les interfaces de connexion sur des sites dont le contenu n’est pas indexable publiquement.
  3. Les bannières qui utilisent un espace raisonnable de l’écran et qui peuvent être fermées facilement.

Exemples de pop-ups et interstitiels non sanctionnés

Source : Google

 

L’indexation « Mobile-First » fait son entrée

En plus de l’annonce de cette nouvelle mesure concernant les interstitiels et pop-ups, Google a récemment annoncé que les indexations seraient maintenant faites « Mobile-first ». Puisque la majorité des recherches se font maintenant via un appareil mobile, ce seront les pages des sites mobiles qui seront analysées pour l’indexation plutôt que les pages consultées sur ordinateur.

 

Quels sont les impacts pour les marketeurs?

Les marketeurs doivent donc maintenant optimiser les pages de leur site pour le référencement mobile en premier lieu. Et si ce n’était pas déjà clair pour vous, il va sans dire que vous devez vous débarrasser des éléments intrusifs sur votre site mobile… sauf si votre classement sur Google ne vous importe pas, ce qui serait vraiment étonnant. Cette nouvelle mesure forcera les entreprises qui se fient à un revenu publicitaire par pop-ups à trouver une autre façon de faire de l’argent sans nuire à l’expérience utilisateur.

Le remplacement des pop-ups intrusifs par du contenu de meilleure qualité est une bonne avenue à emprunter. Ce contenu, en plus d’être récompensé au niveau du référencement, attirera les prospects et générera, à terme, des revenus de vente grâce à l’utilisation d’appels à l’action (CTA) et de formulaires intégrés. Pour plus d’informations, consultez les annonces officielles de Google (en anglais seulement).

L’expérience utilisateur est, depuis toujours, au cœur des changements d’algorithme effectués par Google pour l’indexation de sites Web. C’est pourquoi l’annonce faite par le géant, à la fin de l’été, concernant les sanctions sur l’utilisation de pop-ups et d’interstitiels intrusifs sur les sites mobiles n’a pas été une grande surprise.

 

Mais premièrement, qu’est-ce qu’un interstitiel?

La différence est subtile entre un pop-up et un interstitiel. Les pop-ups auxquels nous sommes généralement habitués sont des fenêtres qui recouvrent le contenu du site, en totalité ou en partie, jusqu’à ce que le visiteur la ferme. Les interstitiels sont des pages qui apparaissent entre deux autres pages lors de la navigation sur le Web.

 

Que dit Google au sujet des interstitiels et des pop-ups?

Dès le 10 janvier 2017 (mise à jour décembre 2018),  les pages mobiles contenant des éléments intrusifs pourraient ne plus être aussi bien indexées qu’avant puisque Google considère désormais qu’elles fournissent une mauvaise expérience utilisateur en limitant l’accès au contenu de la page.

 

Qu’est-ce que Google entend par « intrusif »?

Peut-être croyez-vous que tous les pop-ups et interstitiels sont intrusifs, mais Google ne partage pas cette opinion et laisse certains types hors de portée des sanctions infligées par son nouvel algorithme d’indexation. Sont notamment non sanctionnés :

  1. Les interstitiels qui répondent à une obligation légale, comme pour l’utilisation de cookies ou la vérification d’âge.
  2. Les interfaces de connexion sur des sites dont le contenu n’est pas indexable publiquement.
  3. Les bannières qui utilisent un espace raisonnable de l’écran et qui peuvent être fermées facilement.

Exemples de pop-ups et interstitiels non sanctionnés

Source : Google

 

L’indexation « Mobile-First » fait son entrée

En plus de l’annonce de cette nouvelle mesure concernant les interstitiels et pop-ups, Google a récemment annoncé que les indexations seraient maintenant faites « Mobile-first ». Puisque la majorité des recherches se font maintenant via un appareil mobile, ce seront les pages des sites mobiles qui seront analysées pour l’indexation plutôt que les pages consultées sur ordinateur.

 

Quels sont les impacts pour les marketeurs?

Les marketeurs doivent donc maintenant optimiser les pages de leur site pour le référencement mobile en premier lieu. Et si ce n’était pas déjà clair pour vous, il va sans dire que vous devez vous débarrasser des éléments intrusifs sur votre site mobile… sauf si votre classement sur Google ne vous importe pas, ce qui serait vraiment étonnant. Cette nouvelle mesure forcera les entreprises qui se fient à un revenu publicitaire par pop-ups à trouver une autre façon de faire de l’argent sans nuire à l’expérience utilisateur.

Le remplacement des pop-ups intrusifs par du contenu de meilleure qualité est une bonne avenue à emprunter. Ce contenu, en plus d’être récompensé au niveau du référencement, attirera les prospects et générera, à terme, des revenus de vente grâce à l’utilisation d’appels à l’action (CTA) et de formulaires intégrés. Pour plus d’informations, consultez les annonces officielles de Google (en anglais seulement).

L’expérience utilisateur est, depuis toujours, au cœur des changements d’algorithme effectués par Google pour l’indexation de sites Web. C’est pourquoi l’annonce faite par le géant, à la fin de l’été, concernant les sanctions sur l’utilisation de pop-ups et d’interstitiels intrusifs sur les sites mobiles n’a pas été une grande surprise.

 

Mais premièrement, qu’est-ce qu’un interstitiel?

La différence est subtile entre un pop-up et un interstitiel. Les pop-ups auxquels nous sommes généralement habitués sont des fenêtres qui recouvrent le contenu du site, en totalité ou en partie, jusqu’à ce que le visiteur la ferme. Les interstitiels sont des pages qui apparaissent entre deux autres pages lors de la navigation sur le Web.

 

Que dit Google au sujet des interstitiels et des pop-ups?

Dès le 10 janvier 2017 (mise à jour décembre 2018),  les pages mobiles contenant des éléments intrusifs pourraient ne plus être aussi bien indexées qu’avant puisque Google considère désormais qu’elles fournissent une mauvaise expérience utilisateur en limitant l’accès au contenu de la page.

 

Qu’est-ce que Google entend par « intrusif »?

Peut-être croyez-vous que tous les pop-ups et interstitiels sont intrusifs, mais Google ne partage pas cette opinion et laisse certains types hors de portée des sanctions infligées par son nouvel algorithme d’indexation. Sont notamment non sanctionnés :

  1. Les interstitiels qui répondent à une obligation légale, comme pour l’utilisation de cookies ou la vérification d’âge.
  2. Les interfaces de connexion sur des sites dont le contenu n’est pas indexable publiquement.
  3. Les bannières qui utilisent un espace raisonnable de l’écran et qui peuvent être fermées facilement.

Exemples de pop-ups et interstitiels non sanctionnés

Source : Google

 

L’indexation « Mobile-First » fait son entrée

En plus de l’annonce de cette nouvelle mesure concernant les interstitiels et pop-ups, Google a récemment annoncé que les indexations seraient maintenant faites « Mobile-first ». Puisque la majorité des recherches se font maintenant via un appareil mobile, ce seront les pages des sites mobiles qui seront analysées pour l’indexation plutôt que les pages consultées sur ordinateur.

 

Quels sont les impacts pour les marketeurs?

Les marketeurs doivent donc maintenant optimiser les pages de leur site pour le référencement mobile en premier lieu. Et si ce n’était pas déjà clair pour vous, il va sans dire que vous devez vous débarrasser des éléments intrusifs sur votre site mobile… sauf si votre classement sur Google ne vous importe pas, ce qui serait vraiment étonnant. Cette nouvelle mesure forcera les entreprises qui se fient à un revenu publicitaire par pop-ups à trouver une autre façon de faire de l’argent sans nuire à l’expérience utilisateur.

Le remplacement des pop-ups intrusifs par du contenu de meilleure qualité est une bonne avenue à emprunter. Ce contenu, en plus d’être récompensé au niveau du référencement, attirera les prospects et générera, à terme, des revenus de vente grâce à l’utilisation d’appels à l’action (CTA) et de formulaires intégrés. Pour plus d’informations, consultez les annonces officielles de Google (en anglais seulement).