Le secret d’un pop-up efficace

  • Partagez   

Le secret d’un pop-up efficace

1024 536 Dialog Insight

De nos jours, les intercepteurs (ou pop-up en bon français) sont souvent sous-estimés. Tout le monde pense qu’ils ne fonctionnent pas parce qu’ils sont dérangeants… La vérité, c’est que les pop-up fonctionnent mieux qu’on pense. Il s’agit simplement de savoir comment créer un pop-up qui fonctionne. Pour vous donner une idée, la moyenne des pop-ups ont un taux de conversion d’environ 3%, mais les meilleurs pop-ups peuvent convertir jusqu’à 50%! Ça vaut donc la peine de mettre les efforts nécessaires. Voici donc quelques conseils pour vous aider à mettre en place un intercepteur qui converti.

Premièrement, si votre pop-up est dérangeant, c’est qu’il n’est pas bien fait. Un bon pop-up est supposé aider le visiteur et lui faire plaisir avec une offre irrésistible. Non seulement elle doit être irrésistible, mais elle doit aussi être présentée dans un bon contexte, au bon moment, sinon, ça devient un irritant. Dans le monde des pop-ups, la ligne est très mince entre dérangeant et engageant.

Prenons un exemple simple : vous mettez à peine le pied dans un magasin et tout de suite un employé vient vous voir pour vous présenter ses offres de la journée. Vous aurez probablement envie de changer immédiatement de magasin… C’est le même principe pour les pop-ups. Un visiteur prend environ 10 secondes pour décider s’il reste sur votre site web ou non. Donc, si vous l’attaquez avec un pop-up dès son arrivée, les chances sont qu’il se sente bousculé et qu’il aille voir sur un autre site web pour trouver ce qu’il cherche. Si, par exemple, vous présentez un pop-up quelques secondes après son arrivée sur votre site, le visiteur a déjà pu évaluer la pertinence de votre site face à ses besoins… Vous avez donc plus de chances de convertir car s’il est encore sur votre site après ce délai, c’est qu’il a de la valeur pour lui.

Voici quelques exemples qui fonctionnent très bien pour que vous compreniez l’importance du contexte :

  • Pendant la lecture d’un de vos articles de blogue, un pop-up apparaît pour proposer de s’inscrire pour recevoir les mises à jour du blogue
  • Vous avez une page spécifique sur le marketing relationnel. Vous faites apparaître un pop-up aux visiteurs sur cette page pour leur offrir un webinaire complémentaire sur le marketing relationnel en échange de leur adresse courriel
  • Un pop-up qui offre un coupon-rabais apparaissant sur une page produit spécifique
  • Sur la page destinée à l’achat de votre livre blanc, un pop-up apparaît pour offrir le premier chapitre gratuitement

Vous comprenez un peu le principe? Il faut également choisir le bon moment pour exposer votre offre à votre visiteur. En gros, votre intercepteur doit tomber à point! Attendez que la personne soit assez engagée pour considérer convertir sur votre page sans même avoir vu votre offre. C’est à ce moment que votre pop-up fera son effet. Bien sûr, ce délai est propre à chacun. C’est vous qui jugez le moment opportun pour faire votre offre. Ce n’est évidemment pas une science exacte, mais vous pouvez vous aider de l’outil Google Analytics. Une des statistiques vous donne le temps moyen passé sur une page de votre site, cela peut donc vous aider à déterminer après combien de temps montrer votre offre. Aussi, en exécutant des tests A/B, vous pourrez tester différents délais et choisir celui qui fonctionne le mieux à la fin du test.

Vous pouvez même aller plus loin dans la personnalisation de votre pop-up, en suivant les comportements et la provenance de vos visiteurs. Par exemple, vous offrez un coupon-rabais à deux catégories de visiteurs :

  1. Ceux qui ont fait une recherche spécifique dans le moteur de recherche Google
  2. Ceux qui sont arrivés directement sur une page spécifique en faisant une recherche générale

Ayant fait une recherche sur le sujet, ce sont deux catégories de visiteurs qui sont plus sérieux dans leur démarche. En leur offrant un rabais, ils auront une plus grande propension à la conversion car cette offre répond à leurs besoins immédiats.

Le contenu

Bon maintenant, passons au contenu. Pensez à votre pop-up comme un entonnoir de conversion mais plus petit. Soyez clair et précis dans votre titre, mais aussi dans votre description. Faites en sorte que personne ne s’inscrive pas par erreur mais bien par choix. Donnez à votre visiteur toutes les informations pertinentes pour qu’il n’ait pas à deviner, seulement prendre une décision.

Ajoutez-y de la personnalité

À la fin de la journée, tous les pop-ups se ressemblent. Il faut donc ajouter une touche qui suscite de l’intérêt en sortant de l’ordinaire. Regardez cet exemple du blogue Wait But Why :


C’est original et accrocheur. On peut également saisir facilement la personnalité de la marque. On ne voit pas des pop-ups comme ça tous les jours c’est certain! Donc, prenez le temps de passer au niveau supérieur et trouvez le ton qui correspond à la personnalité de votre marque. Les gens seront plus tentés de s’inscrire.

La fréquence

Ensuite, comme mentionné au début de cet article, les pop-ups sont irritants à la base. Essayez donc de ne pas remontrer le même pop-up plusieurs fois au même visiteur dans la même journée. Cela crée un sentiment de frustration et c’est la meilleure façon de perdre un abonné pour de bon. Donc, utilisez des cookies pour identifier les visiteurs qui se sont déjà inscrits et ne pas leur montrer votre pop-up encore et encore. Car rien n’est plus énervant que de dire non à la même offre plusieurs fois, surtout si on a déjà dit oui.

Même chose si un visiteur a dit non la première fois, ne lui remontrez pas votre intercepteur à chaque page de navigation, vous perdrez toutes vos chances qu’il s’inscrive un jour à votre infolettre. Laissez passer au moins une journée (minimum) entre chaque apparition de votre offre à la même personne. Gardez en tête que ce n’est pas parce que quelqu’un dit non une fois, qu’à sa prochaine visite la réponse sera automatiquement non. Mettez donc toutes les chances de votre côté et n’abusez pas de votre pop-up contre le gré d’un visiteur. Laissez-lui le temps d’évaluer la valeur de votre site.

Soyez cohérent

Enfin, veillez à ce que votre bouton d’appel à l’action corresponde à votre titre et votre description. Gardez votre promesse jusqu’à la fin et soyez cohérent, sinon vous risquez de vous faire rejeter rapidement.

Les pop-up de fermeture

Si vous faites un intercepteur pour les visiteurs qui s’apprêtent à quitter votre site web, misez particulièrement sur votre offre. Ce genre de pop-up est délicat à faire car il apparaît parce que vous n’avez pas réussi à garder votre visiteur sur votre site plus longtemps. Le visiteur ne trouve donc plus rien sur votre site qui répondre à ses besoins. Il faut donc que votre offre retienne assez son attention pour qu’il décide de finalement rester sur votre site et continuer à naviguer. C’est pourquoi il est important de lui faire votre meilleure offre. Une offre qu’il ne pourra pas refuser. Si vous réussissez à convertir un visiteur qui s’apprête à quitter en un prospect potentiel, c’est que vous avez réussi haut la main.

Qu’en est-t-il de Google et de mon SEO?

Plusieurs se posent sûrement la question depuis le début de l’article : est-ce que le pop-up affecte le SEO d’un site web. En fait, ce que Google n’aime particulièrement pas, c’est quand un élément affecte l’expérience utilisateur. En gros, moins l’expérience de navigation est agréable, plus votre référencement en pâtira. Ne faites donc pas exprès de créer un pop-up qui prend toute la page et qui nuit à la navigation. Au contraire, si vous faites en sorte que votre pop-up retient vos visiteurs sur votre site au lieu de les faire fuir, Google deviendra votre ami.

Ainsi, si vous suivez nos conseils énumérés plus haut, vous augmenterez l’engagement de votre audience. Vous aurez donc moins de chances que Google vous pénalise. N’oubliez pas, Google aime ce qui crée de l’engagement!

D’ailleurs, pour savoir si votre pop-up est efficace, comparez le taux de rebond de votre site web avant et après l’installation du pop-up. S’il augmente, c’est mauvais signe, et vous serez probablement pénalisé en SEO. Apportez-y des changements, toujours en surveillant de près votre taux de rebond jusqu’à ce qu’il se mette à diminuer.

Et le mobile dans tout ça?

Évidemment, si vous gardez le même intercepteur sur mobile que sur ordinateur, Google vous déclassera probablement si ce n’est pas déjà fait. Voici quelques exemples de pop-ups sur mobile qui seront assurément pénalisés :

Source : https://blog.kameleoon.com/fr/pop-in-pop-up-seo/

Optez plutôt pour un bandeau moins intrusif comme aperçu sur les sites mobiles d’Amazon et Instagram ci-dessous :

Source : https://blog.kameleoon.com/fr/pop-in-pop-up-seo/

C’est simple, soyez discret sur mobile. La taille de l’écran est déjà fortement réduite et le visiteur est exposé à beaucoup moins d’informations en même temps. C’est pourquoi vous pouvez vous permettre de faire un pop-up plus petit. Vous convertirez tout autant, sinon plus.

Conclusion

Pour conclure, le pop-up parfait n’existe probablement pas. Mais il est possible de s’approcher de la perfection, voici une liste des éléments à ne pas oublier lorsque vous faites un intercepteur.  Le pop-up parfait devrait donc :

  • Apparaître dans le bon contexte
  • Attendre un certain délai avant de faire apparaître votre offre (laisser le temps au visiteur d’évaluer la qualité de votre site web)
  • Soyez clair et direct
  • Ajoutez-y votre personnalité (ce n’est pas obligé d’être une grande quantité de personnalité, mais au moins un minimum)
  • Montrez la valeur de votre offre (surtout si c’est un pop-up de fermeture)
  • Le bouton d’appel à l’action correspond à votre promesse

En suivant à la lettre tous ces éléments, vous vous assurez de l’efficacité de votre pop-up, vous augmentez votre engagement et votre SEO n’en pâtira pas. De plus, une fois monté et configuré, vous n’avez plus à y retoucher. Vous laissez simplement votre liste de prospects grossir avec le temps. Que rêver de mieux?

VOUS AIMEREZ AUSSI